Mairie d'Arlebosc

Publié depuis Overblog

26 Avril 2017, 13:56pm

Publié par La Mairie

Il y avait, ces derniers jours,  sur la place du marché un mobil-home quasi abandonné. Le transporteur qui, à la demande de Monsieur et Madame Ortillon, l'avait rapatrié de Normandie, avait refusé de l'amener au camping, effrayé par la route trop tortueuse à son goût.

Que faire ? N'écoutant que son audace, ce fut Monsieur le Maire et quelques-uns de ses amis qui tentèrent l'aventure.

Car ce fut bel et bien une aventure. Qui ne connaît pas les traîtrises de ces petites routes de campagne  par ici ?

Eh bien de traîtrises, il y en eut beaucoup plus que prévu . A suivre dans le roman-photo ci-dessous

 

14 h : c'est le dèpart !

Les roues bien gonflées, le mobil-home tiré par le tracteur quitte la place du marché

La traversée du village s'effectue sans encombre !

1° étape réussie

Au ruisseau de Presle, c'est le premier grand virage!

Et ça tangue ! Il faut faire contrepoids .

Tout se passe bien et la descente sous les buis commence

Les virages demandent des prouesses !

Les lignes droites aussi !

C'est après un virage, sous la station d'épuration que rien ne va plus ; Le mobil-home bascule sur le côté !

Heureusement, il y a un tracteur qui, derrière, avec sa fourche, relève doucement le mobil-home tandis qu'à l'avant, le tracteur de tête tire doucement . Et, centimètre par centimètre, parfaitement synchronisés, les 2 tracteurs redressent le mobil-home .

C'est reparti

Et, de nouveau le mobil-home s'incline, penche et doit être une nouvelle fois redressé !

La vigilance est extrême .

Il reste à passer les petits ponts et l'inquiétude se fait sentir !

Ouf, les ponts sont passés !

Mais le soulagement est de courte durée ! C'est après le pont sur la voie de chemin de fer que la barre d'attelage du mobil- home craque !!!

Dieu merci, il y en a une autre

On répare et on repart !

Car le plus dur reste à faire. Le mobil home a une largeur de 3m75 !
Passera-t-il  sans problème entre les maisons ?

Eh bien non, ça ne passe pas. Ni au cabanon, juste avant le camping, ni au camping, à la réception.

Mais il n'est pas possible de rester là bien sûr !

Alors on démonte de ci , de là , un chéneau, quelques tuiles, la boîte aux lettres. On tronçonne un poteau ...

On fait glisser les roues du mobil-home sur un plateau et grâce à l'ingéniosité inventive des maîtres d'œuvre, ça passe !!

 

 

Le mobil-home termine son voyage  à l'ombre des pommiers.

Il est 19h !!!

 

Commenter cet article